Comment se ment de Fabrice Ramalingom

Publié le par freesia

EFFERV~1Comment se ment, jeu de mot pour un solo qui marque le début d’un chemin sans La Camionetta, mais aussi un désir de souligner comment l’on se ment. Chic dans un costume, Fabrice Ramalingom retrouve ce qui lui a donné envie de danser. Travolta plane. En silence, le danseur scrute le public comme pour lui parler les yeux dans les yeux. Sur la scène, un écran sur lequel est projetée une tête de singe qui va évoluer, l’air de rien. Commencement de l’Homme ? Silence, lenteur, mimiques. Puis arrivent le son de sa voix, de ses cris, de ses pas saccadés, de ses mains tapant le sol. On ne sait déjà plus s’il s’agit de l’animal, de l’homme… Bras ouverts on le croit homme politique ou Christ. Mais le simulacre du flamenco déroute aussitôt. Démarche d’orang-outang qui se termine en Aldo. Soudain il pose la main sur son cœur et le voilà comme mu par un aimant, ou bien par le vent : une qualité exceptionnelle d’interprétation et de technique. « Tu devrais danser »…

 

 

Comment se ment le 3 juin à 19h03 au Jardin de Verre à Cholet

Publié dans Effervescence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article