Ma vie, par Isadora Duncan

Publié le par freesia

Traduit de l'anglais par Jean Allary et édité en Folio. Couverture d'aprè Rêverie, de Mucha © ADAGP, 1999 et photo d'Isadora Duncan © ND-Viollet.

Voici ma lecture en cours. Je m'attendais à environ 150 pages mais il s'agit de 446 ! Courte, la vie d'Isadora Duncan fut d'une densité incomparable. Je vous en dirai davantage lorsque je l'aurai fini.

En attendant, voici la quatrième de couverture :

Isadora Duncan n'est pas seulement la danseuse dont l'art, la vie et la mort stupéfièrent le monde. Son autobiographie est un livre savoureux, sincère, où l'humour et la passion font un mélange acide. Isadora Duncan dit tout sur ses passions artistiques, morales, intellectuelles et aussi physiques.

Le 14 septembre 1927, sa longue écharpe se prit dans la roue de sa voiture, sur la promenade des Anglais, à Nice, l'étranglant brutalement. Quelques mois plus tôt elle travaillait encore à ce livre.

 

 

Publié dans Livres sur la danse

Commenter cet article

La Rimule 06/03/2007 15:52

Bonjour,Génial cette revue de presse ! Quand j'étais ado. j'étais fascinée par la vie et le destin d'Isadora Duncan... je ne sais pas trop pourquoi, sa liberté pour l'époque, son élégance et sa fin tragique...Bises.

freesia 06/03/2007 22:34

ben moi, je ne la connais que depuis quelques années seulement et sa biographie dépeint effectivement une fille surprenante, tellement sûre d'elle, tellement habitée par son idée de la danse !  c'est assez incroyable. quant à ses rencontres et ses voyages, c'est bien simple, elle a connu tout le gratin parisien, américain, allemand et même grec de son époque (et je n'en suis qu'à la moitié de sa bio). sa vie se lit comme un roman. je me demande s'il existe d'autres écrits sur elle...
merci de ta visite ;-)