15 ans ! par la compagnie Yvann Alexandre

Publié le par freesia

Le 30 avril 2008 était à marquer d'une croix pour qui souhaitait découvrir l'univers d'Yvann Alexandre. Pas moins de deux heures trente de spectacle entrecoupées d'un entracte pop, au Jardin de verre à Cholet (49) retraçaient 15 ans de création chorégraphique. Oui, quinze ans de recherche, de don, d'expression de cet homme qui vient de passer le cap de la trentaine et qui n'en est pas moins empreint d'humilité ainsi que le témoigne l'autodérision dont il fait preuve dans solo ay (la comédienne Anne Morineau fait répéter le chorégraphe) !
La soirée surprend le spectateur dès la première minute puisqu'elle s'ouvre sur une altercation entre un homme et une femme qui s'installent côte à côte,
assis sur des chaises, sur scène face au public. Carole Lanier et Julien Girard interprètent un extrait de La tentation d'exister ; le public encore éclairé sourit déjà. Puis des extraits des pièces Brumes d'Amour, Loony, Orchiday's!, Silences duos, Le corps sombre, s'enchaînent avec fluidité révélant des ressentis différents, des sensations variables, soulignant telle facette de la relation à l'autre chère à Yvann Alexandre, telle évolution vers l'émotion, le bouleversement pur, la vie en somme. Justine Allereau, Guillaume Chevereau, Saül Dovin, David Drouard (dont je vous parlais ici et ), Kevin Bruneel, Karen Morello dansent ces instants comme autant d'évidences, ici dans l'humour, là dans la profondeur. Les gestes sont francs et moelleux, vifs sans violence. Les entrelacs rivalisent de subtilité. La musique est primordiale tout comme les silences. Elle est diverse tout comme les regards vers l'autre. Et le plaisir de palper une danse rythmée par le seul bruit des vestes portées puis retirées, des respirations ou des pas d'un danseur qui accélère, sa course est indéniable !
Pour cet anniversaire, Yvann Alexandre a aussi donné carte blanche aux interprètes. Ainsi Kevin Bruneel subjugue-t-il lors d'un solo qu'il a créé à partir d'un geste de plusieurs créations du chorégraphe. Ou bien est-ce Karen Morello qui joue avec la symbolique en revisitant enceinte un solo créé pour elle en 2000. Ou encore Sabrina Duprè qui, avec Guillaume Chevereau, "remixe" un extrait du Corps sombre. Mais le champ libre est aussi offert à des vidéastes comme Claude Maurin, réalisateur de toutes les  vidéos des pièces d'Yvann Alexandre.
Enfin la transmission est de mise puisque des soli extraits de Brumes d'Amour ont été relus par Justine Allereau puis intérprétés par deux professeurs des associations choletaises de pratique amateur.
Bref, un spectacle total invitant à la découverte d'une autre façon de considérer la danse contemporaine, celle d'Yvann Alexandre dans le respect de l'art, de l'artiste et dans la volonté de l'ouverture aux autres.

Commenter cet article